En visio avec le recteur

En vrai, il a le titre de d’inspecteur d’académie et de directeur académique des Services Départementaux de l’Éducation Nationale, mais nous on va l’appeler le recteur.

Et donc, après de nombreuses démarches et courriers, nous avons obtenu un rendez vous avec Monsieur Charlot, le recteur.

En visioconférence mais entouré de plusieurs de ses collaborateurs, Guy Charlot nous a affirmé qu’il était un fervent promoteur de la mixité sociale dans les écoles, collèges et lycées, et qu’il avait entrepris tout une série d’actions pour aller dans ce sens.

Bien sûr, nous a t il avoué, ces démarches doivent se faire à “bas bruit”, c’est à dire dans une certaine discrétion car sinon, c’est la fuite vers le privé…

A l’évidence, a t il poursuivi,  la métropole de Lyon partage cette ambition, mais la proximité des élections régionales empêche peut-être sa vice présidente de s’exprimer avec plus d’enthousiasme…

Et forcément, tous les services de l’éducation nationale sont mobilisés pour faire des collèges en zone d’éducation prioritaire des “territoires d’excellence”, notamment grâce à des classes à horaires aménagés numérique, des CHAN (mais rien à voir avec 4chan, hein…-)

Mais lorsque nous avons rappelé que nous aspirions à une véritable mixité sociale ET d’origine dans les collèges, le recteur s’est vite recroquevillé sur une soi-disante interdiction de la CNIL à connaître les lieux de naissances des parents des collégiens, alors que cette information est bien évidemment connue de l’éducation nationale…

Rien de vraiment neuf sous le soleil, donc, si ce n’est un petit moment de panique : Alors que Monsieur Charlot annonçait qu’il faudrait accueillir plus de 9000 élèves en 2030 dans l’agglomération et qu’il convenait donc de vite construire de nouveaux collèges, nous lui avons clairement fait comprendre que sans avancée en matière de sectorisation, notre association contesterait devant la justice administrative le permis de construire du collège Ghetto de Vénissieux Saint-Fons.

Et là, nous avons senti que nous avions un moyen de pression…

A suivre donc !

Ne pas désespérer, ne pas désespérer, ne pas désespérer…

Voilà deux ans que notre association se mobilise pour  plus de mixité sociale et d’origine dans les collèges.

Nous avons rencontré la vice présidente de la métropole en charge de l’éducation

nous avons rencontré une vingtaine de députés

Nous avons contribué à des amendements à la loi contre le séparatisme

Nous avons échangé avec le cabinet du ministre de l’éducation

Nous avons publié des tribunes, répondu à des interviews, fait l’objet de reportages dans les médias nationaux, nous comptons des centaines de followers sur les réseaux sociaux…

Bref, nous avons la faiblesse de penser que nous sommes un peu identifiés par les acteurs publics, et plus particulièrement sur l’agglomération lyonnaise d’où est partie notre mobilisation.

Pourtant, nous venons de découvrir que ces fameux “acteurs publics” réunis – et financés pour le faire – au sein du dispositif de la “cité éducative” de Vénissieux-Saint-Fons vont bientôt se réunir entre eux pour discuter de… mixité sociale.

Et bien entendu, personne n’a eu l’idée de nous solliciter !

A l’heure de la polémique sur les groupes de discussion en non mixité, il est presque drôle de constater que ni l’éducation nationale, ni les collectivités locales ne sont capable de s’ouvrir à des réflexions extérieures

De quoi désespérer ?

Nous ne désespérerons pas ! 

En visio avec le Cabinet !

même pas un ZOOM…

Nous avons donc passé près d’une heure avec 3 membres du cabinet du Ministre de l’éducation et de sa secrétaire d’Etat à l’éducation prioritaire (Mme Anne MIQUEL-VAL, Mme Nathalie VILACÈQUE et M. Thomas LEROUX)

Nous leur avons bien expliqué le sens de notre mobilisation. D’abord notre souhait de rendre obligatoire la prise en compte de la mixité sociale des élèves par les collectivités locales qui définissent la sectorisation des collèges.

C’est assez simple, il suffit de rajouter une ligne à l’article L 213-1 du code de l’éducation.

En lire plus ?

Data for good & No ghetto : un projet

Des carreaux de 200 m de coté pour le niveau de vie, des points pour les collèges et lycées. Reste à fabriquer la sectorisation la plus équitable…

On ne va pas se mentir,” comme disait un président de la République… La mixité sociale et d’origine dans les collèges, c’est bien beau, mais personne n’en veut vraiment pour ses gamins. 

Et finalement on peut le comprendre. On sait et on accepte ce qu’on a ; on craint ce qu’on ne connaît pas.

Et surtout, qui va décider que son collégien devra prendre le tramway pour aller en cours, ou que des nouveaux élèves, venant d’on ne sait où, seront désormais scolarisés dans son établissement ?

en lire plus ?

Le Grand Lyon… en catimini !

nouveau collège, nouvelle carte scolaire…

On l’a déjà dit, la définition des périmètres d’affectation des élèves dans leurs collèges est de la responsabilité des conseils départementaux et, dans l’agglomération lyonnaise, du conseil de la métropole.

Comme le président de la métropole de Lyon a considéré que cette question était de moindre importance, il en a confié la charge à la commission permanente, sorte d’excroissance du conseil qui a par ailleurs “l’avantage” de délibérer à huis clos, en secret…

En lire plus ?

Quand on veut, on peut !

L’Institut des politiques publiques (IPP) vise à promouvoir l’analyse et l’évaluation quantitatives des politiques publiques en s’appuyant sur les méthodes les plus récentes de la recherche en économie.

L’ IPP publie ce jour une étude sur l’impact des secteurs multi-collèges – dispositif expérimenté par la Ville et l’Académie de Paris depuis 2017 – sur la mixité sociale et sur les comportements d’évitement.

Ses conclusions sont claires : 

En lire plus ?

On passe – encore – à la télé !

Après France 3, c’est France 5 qui nous a contactés !

L’émission “C politique” animée par  Karim Rissouli de dimanche prochain consacrera en effet un sujet sur la mixité sociale et d’origine dans les collèges.

Intriguée par notre démarche, la journaliste  Laure Pollez a tenu à se rendre dans l’agglomération pour faire quelques sorties de collèges bien choisis…

en lire plus